Canadair CP-107 Argus 2

  • Avion de patrouille et de reconnaissance maritimes conçu et construit par Canadair Limitée et produit de 1957 à 1960.
  • Issu du remaniement des plans de l'avion de ligne Bristol Britannia, équipé d'un fuselage et de moteurs totalement différents de ceux du modèle qui l'a inspiré, il était destiné à l'ARC.
  • Remplacement de l'Avro Lancaster et du Lockheed Neptune en service dans l'ARC.
  • Équipé d'équipement de détection de sous-marins très sophistiqué, dont un phare de recherche de 70 millions de candélas qui pouvait éclairer un périscope à une distance de 2,8 kilomètres.
  • Au moment de sa production, le plus gros avion construit au Canada.
  • Équipé de quatre couchettes et d'un office pour ses 15 membres d'équipage qui effectuaient des vols de plus de 24 heures.
  • Version de transport CL-44 développée par Canadair pour le transport de fret et pour l'ARC.
Période
Après-guerre (1945-1959)
Rôles
Aéronef de patrouille
Premier vol
28 mars 1957
Emplacement
Pavillon d’entreposage.

Historique

L’Argus était une refonte en profondeur d’un Bristol Britannia visant à lui donner un nouveau fuselage non pressurisé et de puissants moteurs à pistons. On a ainsi augmenté le rayon d’action à basse altitude et créé suffisamment de place pour installer des soutes à bombes et de l’équipement électronique. Treize Mk.1 ont été construits. Les 20 autres appareils étaient des Mk.2 munis d’une électronique perfectionnée et d’un radôme plus petit (dôme radar). Les Argus ont été utilisés avec succès pour surveiller les eaux territoriales du Canada. Ils ont été mis à la retraite par les Forces armées canadiennes (FAC) en 1982.

L’Argus était doté d’un puissant radar, d’appareils d’écoute sous-marine, d’équipements de contre-mesures électroniques et d’un détecteur d’anomalies magnétiques qui, a faible altitude, pouvait déceler toute déformation du champ magnétique terrestre causée par des objets métalliques d’aussi faibles dimensions qu’un moteur de bateau. L’appareil disposait, pour l’identification visuelle nocturne, d’un projecteur de recherche télécommandé de 70 millions de bougies. Équipé de quatre couchettes et d’une cuisine, l’Argus pouvait recevoir deux équipages pour les vols de plus de 24 heures. Les premières années, l’Argus était sans doute le meilleur appareil anti-sous-marins au monde. Son autonomie maximale était de 8 190 km (5 089 mi).

Exemplaire du Musée

Numéro d’immatriculation
10742 (FAC)
Fabricant
Canadair Ltd Canada
Date de fabrication
1960
Numéro de construction
33
Date d’acquisition
1982
Provenance
Transféré par les Forces armées canadiennes
Numéro de catalogue
1982.0029.001

Cet Argus, le dernier construit, a été assemblé par Canadair Limitée de Montréal (Québec) en 1960. Il a servi dans la 415e Escadrille de l'ARC à Greenwood (Nouvelle-Écosse) de 1960 à 1978. Il a ensuite été transféré à la base des Forces canadiennes de Summerside (Île-du-Prince-Édouard) où il a servi jusqu'en 1982, lorsqu'il a été transféré au Musée lors d'une cérémonie, le 17 mai. L'Argus est le plus gros appareil de la collection du Musée et les portes de l'édifice du Musée ont été spécialement conçues pour l'accueillir.

Caractéristiques

 

Envergure 43.4 m (142 pi 3 1/2 po)
Longueur 39.1 m (128 pi 3 po)
Hauteur 11.5 m (37 pi 8 1/2 po)
Poids à vide 36 735 kg (81 000 lb)
Poids maximum 67 120 kg (148 000 lb)
Vitesse de croisière 333 km/h (207 mi/h)
Vitesse maximale 464 km/h (288 mi/h)
Vitesse en montée 274 m (900 pi) /min
Plafond pratique 24 200 pi (7 380 m)
Autonomie 8 189 km (5 089 mi)
Moteur Quatre moteurs Wright R-3350 TC981 EA-1 Turbo Compound en étoile de 3 700 ch chacun