SPAD VII

  • Chasseur biplan de conception française construit par la Société Pour L'Aviation et ses Dérivés (SPAD) pendant la Première Guerre mondiale.
  • Réputé pour sa robustesse, sa fiabilité et sa vitesse; excellent remplaçant du Nieuport.
  • Piloté par plusieurs célèbres as de l'air, dont Georges Guynemer, Francesco Baracca et Alexander Pentland
  • Piloté par le major canadien A. D. Carter (pilote de Spad du Royal Flying Corps ayant remporté le plus de victoires aériennes) lors de 12 de ses 22 victoires.
Période
Première Guerre mondiale (1914-1918)
Rôles
Chasseur
Premier vol
avril 1916
Emplacement
Pavillon d’entreposage.

Historique

Le SPAD français a connu le succès dès le départ. Les premières versions étaient affligées d’une faible vitesse ascensionnelle, mais un moteur plus puissant et une voilure plus grande ont abouti à une version offrant de meilleures performances, le SPAD VII. Les SPAD ont servi dans les armées de l’air de Belgique, de Grande-Bretagne, d’Italie et de Russie. Ils ont été construits en Angleterre et en Russie. Ils ont également été utilisés par les États-Unis, le Pérou, le Portugal, le Brésil, la Grèce, la Roumanie et le Siam (Thaïlande), ainsi que la Yougoslavie. Au total, on a construit 3 825 SPAD VII et nombre d’entre-eux volaient encore bien après la fin de la Première Guerre mondiale.

La quasi-totalité des as français pilotait un SPAD. Grâce à sa solidité et à ses ailes minces, le SPAD possédait d’excellentes caractéristiques en piqué, ce que les pilotes français utilisèrent à leur avantage avec leur style de combat. Les piètres résultats des pilotes britanniques aux commandes de SPAD VII peuvent peut-être s’expliquer par l’incompatibilité des caractéristiques de vol de l’avion et des tactiques acrobatiques de combat rapproché adoptées par le Royal Flying Corps. Avec 12 victoires, le major A.D. Carter, un canadien, fut le pilote du Royal Flying Corps qui remporta le plus grand nombre de victoires aux commandes d’un SPAD de ce type.

Exemplaire du Musée

Numéro d’immatriculation
B9913 (RFC)
Fabricant
Mann, Egerton & Company Ltd, Grande-Bretagne
Date de fabrication
1917
Numéro de construction
103
Date d’acquisition
1965
Provenance
Achat
Numéro de catalogue
1967.0694

Le Spad du Musée a été construit en Angleterre en 1917 par Mann Egerton and Company Limited. On ignore son historique de service au Royaume-Uni, mais il a été transféré en 1918 aux États-Unis et affecté au Army Air Service. Le colonel J. B. Jarret, qui dirigeait un musée au Steel Pier à Atlantic City, a obtenu le Spad en 1932 d'un ferrailleur d'aviation de Californie, Arrigo Balboni. Selon Balboni, l'avion aurait été utilisé dans le film Les Ailes (Wings,1927).

De 1949 à 1964, ce Spad est passé entre les mains de divers propriétaires privés. À partir de 1964, il a été exhibé au sol et en vol au National Museum of the U.S. Air Force jusqu'à ce que le Musée l'achète en 1965. Le Musée a restauré à plusieurs reprises cet avion qui contient peu de la boiserie originale.

Caractéristiques

 

Envergure 7.8 m (25 pi 7 7/8 po
Longueur 6.1 m (20 pi)
Hauteur 2.3 m (7 pi 6 1/2 po)
Poids à vide 500 kg (1 102 lb )
Poids maximum 705 kg (1 554 lb)
Vitesse de croisière Inconnue
Vitesse maximale 193 km/h (120 mi/h)
Vitesse en montée 2000 m (6 560 pi ) / 4.7 min
Plafond pratique 6 550 m (21 500 pi)
Autonomie 1.5 heures (endurance)
Moteur Un moteur Hispano Suiza 8Ab, 8 cylindres en V de 180 ch