Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter


Vive la canadienne

Dans l'histoire de la navigation de plaisance au Canada, le « canot » occupe une place de choix. C'est vrai au pays, où il est devenu un élément essentiel des camps d'été, lieux de villégiature et expéditions, et hors frontières, où le style distinctif de l'embarcation que nous désignons ici par le bon vieux terme général de « canot » lui vaut ailleurs, selon sa taille, l'appellation spécifique de « canoë canadien » ou « canadienne ».

La forme de base du canot industriel canadien dérive directement des traditions autochtones de construction, à partir d'écorce ou de troncs d'arbres creusés (genre pirogue). Pour bâtir cette superbe embarcation bien d'ici, d'abord en bois puis en autres matériaux, des Canadiens ont mis au point diverses techniques inspirées des qualités intrinsèques de forme et performance des canots des Premières nations. Quand les fabriques ont accru leur production afin de répondre à l'engouement de la classe moyenne pour le plein air, les sportifs du XIXe siècle ont vu dans le canot du Canada un objet distinct qu'il fallait définir. Sous le nom de plume de  « Retaw »,  un observateur a rapporté dans Forest and Stream (29 déc. 1887, p. 456) les traits particuliers du canot canadien : lignes élancées, large fond plat et plat-bord incliné vers l'intérieur.