Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter

Innovation Canada

À fleur d’eau

Les voies navigables ont toujours été un élément clé du réseau de transport au Canada, mais les exigences d’un pays en expansion et la nécessité de vaincre de grandes distances et les rigueurs de l’hiver ont poussé les gens à innover.

Au pays, la recherche sur les hydroptères a été amorcée par les travaux inédits d’Alexander Graham Bell et de F. W. Baldwin en 1918-1919. Un hydroptère est un navire muni de surfaces immergées portantes ou d’« ailes » capables, à partir d’une certaine vitesse, de sortir la coque de l’eau. Le soulèvement hors de l’eau de la coque réduit la friction et la résistance, ce qui permet au navire d’atteindre des vitesses maximales bien plus élevées.

L'hydroptère Bras d'Or en position déjaugée. (Avec la permission de Boeing Canada, Division de Havilland, Service photographique, 32606)
L’hydroptère Bras d’Or en position déjaugée. (Avec la permission de Boeing Canada, Division de Havilland, Service photographique, 32606)

La Marine royale du Canada (MRC) a d’abord envisagé d’utiliser la technologie de l’hydroptère dans les années 1940. Ses premiers travaux de recherche ont été menés de concert avec l’Amirauté britannique, qui a commandité les essais en bassin durant lesquels le navire était remorqué en conditions contrôlées. Chargé d’effectuer les essais en mer, le Canada cherchait à construire un hydroptère capable de participer à une guerre anti-sous-marine en haute mer alors que la Grande-Bretagne se concentrait sur la construction d’un petit hydroptère destiné aux patrouilles côtières.

Les premiers résultats ont été décourageants, en partie parce que l’absence de bons moteurs légers limitait la taille du bateau à 50 tonnes. Trouvant toutefois ces résultats acceptables, les Britanniques ont convaincu les Canadiens d’effectuer les essais en mer d’un prototype de 17 tonnes d’un patrouilleur qui devait peser 50 tonnes. Baptisé R-103, le prototype a été construit en Grande-Bretagne en 1957 et fait aujourd’hui partie de la collection du Musée (900323*). Grâce aux essais en mer, une nouvelle configuration des ailes (ailes principales à l’arrière, ailes de direction à l’avant) a été mise au point par l’équipe canadienne.

Les recherches menées après 1960 ont abouti au FHE-400 Bras d’Or de 200 tonnes, qui mesurait 46,5 m de long et dont l’envergure des ailes atteignait 20 m. La construction du prototype a débuté en 1964. Les essais en mer, commencés en 1968, ont confirmé la valeur du concept technique et la faisabilité de ce design révolutionnaire. Cet hydroptère était de loin le plus avancé techniquement de son époque. Mais le projet a été suspendu, puis abandonné : les coûts dépassaient les prévisions et la MRC avait d’autres priorités. Le modèle de présentation du Bras d’Or (900032), conservé au Musée, a été offert à Richard Becker, de de Havilland Canada, pour sa collaboration.

*Les chiffres entre parenthèses correspondent aux numéros d’acquisition des objets de la collection du Musée.

page précédentepage suivante