Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter


Une histoire à la mesure d'un continent

L'histoire des chemins de fer canadiens ressemble à un conte qui se serait déroulé d'un océan à l'autre pendant plus de 150 ans. C'est un récit de transformation, aux épisodes empreints de tragédie, courage et détermination. Il met en scène des visionnaires, des promoteurs, des ingénieurs, des politiciens et des milliers d'autres personnes, la plupart connues seulement de leur famille, qui ont aidé à construire et exploiter un réseau de transport à l'échelle continentale. Un autre personnage important dans l'histoire est la locomotive à vapeur, dont la combinaison de vitesse, puissance et fonctionalité a servi à définir la technologie ferroviaire.

À l'ère victorienne, cette puissante machine a déplacé gens et marchandises à des vitesses jamais atteintes sur terre jusque-là. Les premières locomotives à vapeur du Canada ont été importées de la Grande-Bretagne et des États-Unis en 1836. Elles circulaient sur de petites lignes séparées les unes des autres mais qui reliaient les voies navigables, d'où l'expression « lignes de chemin de fer de portage » désignant les premières voies ferrées canadiennes. Parallèlement au réseau ferroviaire se développait la capacité du pays de construire ses locomotives. La première locomotive à vapeur construite au Canada l'a été en 1853, par James Good de Toronto. L'arrivée de cette bien nommée Toronto s'est inscrite dans le flot d'activité industrielle ayant marqué le premier boom ferroviaire au pays dans les années 1850. Par la suite, les Canadiens se sont rués sur la technologie ferroviaire pour développer leur réseau de voies ferrées, le faisant passer de 90 à plus de 3 200 kilomètres en dix ans.

Au XXe siècle, les locomotives à vapeur ont été la force motrice de l'extension du réseau, dans les provinces atlantiques d'abord, puis à l'ouest, jusqu'au Pacifique. En 1960, le pays comptait quelque 70 000 kilomètres de voies ferrées principales, mais la locomotive à vapeur n'était plus l'élément clé des chemins de fer canadiens. Malgré bien des progrès, sa technologie ne pouvait rivaliser avec la très grande efficacité et les caractéristiques de fonctionnement supérieures des diesels-électriques. Les locomotives à vapeur ont donc été mises au rancart au début des années 1960, mais elles demeurent un symbole de notre histoire ferroviaire et de notre passé collectif.

Locomotive 926
La locomotive 926 sur la voie de l'atelier de la principale gare de triage du Canadien Pacifique à Winnipeg en 1959.
(Photo : R. S. Ritchie)