Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter



À l'aube du prochain millénaire

À l'heure actuelle, le luminaire électrique utilisé dans l'éclairage public réunit encore la plupart des technologies mises en place à la fin du siècle dernier. Des lampes à incandescence, à vapeur de mercure ou de sodium continuent d'illuminer les artères principales des agglomérations urbaines, de nombreux tunnels et viaducs à travers le pays, la majorité des monuments, l'extérieur des édifices publics ou des quartiers résidentiels. Si les lampes fluorescentes ont quitté les rues pour occuper jour et nuit l'intérieur des gratte-ciel, elles continuent aussi de procurer un éclairage indirect aux espaces publics.


Fig. 26 Lampe de modèle « ArcstreamTM Metal Halide Lamp ». (Catalogue GE, 1997, p. 8)

Commercialisée au cours de la présente décennie, cette lampe (fig. 26) est une version postmoderne de la lampe à arc. Elle constitue un mélange de lampe halogène et de lampe fluorescente et procure une luminosité très prononcée. On l'utilise surtout pour accentuer l'éclairage extérieur des centres commerciaux et des vitrines, ou encore dans les projecteurs disposés à la base des monuments ou sur les toits des patinoires intérieures.

Les préoccupations contemporaines visant la conservation de l'énergie électrique influencent aussi la conception et les exigences sur le rendement des lampes. La préservation du patrimoine lumineux dans toute son authenticité contribue, à l'heure actuelle, à l'embellissement et à la revitalisation des centre-villes et des rues principales.

L'illumination de la colline parlementaire à Ottawa, de la Tour Eiffel à Paris, de Central Park à New York font partie des fêtes projetées pour saluer la venue du prochain millénaire. En même temps, ces manifestations viennent nous rappeler que l'ampoule électrique demeure l'un des icones majeurs de notre siècle

À propos de l'auteure :
Louise Trottier était la conservatrice de la collection reliée à l'énergie au Musée des sciences et de la technologie du Canada.

L'auteure remercie Suzanne Beauvais de l'aide apportée aux recherches menées pour préparer le présent document.

Le Musée tient à remercier les Archives historiques, Hydro-Québec, pour le prêt de deux photographies de leur collection.