Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter

Connexions

La vie avant la radio

Malgré toutes ses merveilles, le téléphone ne fonctionnait pas s'il n'était pas branché à un réseau de fils qui transmettaient le courant électrique. En 1888, le savant allemand Heinrich Hertz démontra qu'il était possible de créer des ondes électromagnétiques dans un circuit électrique, les transmettre dans l'espace, les capter et les mesurer à un autre endroit. Si ceci est vite devenu un sujet d'expériences courantes en laboratoire, c'est un jeune Italien d'un milieu aisé et d'une formation scientifique limitée qui réussit à transformer ces ondes hertziennes, ou radio, en système de communication commercial.

Guglielmo Marconi commença à faire des expériences sur les signaux de télégraphie sans fil (T.S.F.) en 1894. En 1896, il transmettait des signaux sur une distance d'environ 3 kilomètres. En 1899, il les transmettait à travers la Manche et commençait à attirer l'attention des marines militaire et marchande, qui allaient constituer sa clientèle la plus importante dans la décennie suivante. Le 12 décembre 1901, à St. John's, Marconi affirma avoir capté un faible signal correspondant à la lettre « S » en code Morse, envoyé par sa station émettrice de Poldhu, au Pays de Galles. Il faudrait attendre des années pour que les communications radio transatlantiques soient fiables, mais quelle belle publicité !


Un récepteur à cohéreur comme celui-ci, même s'il est vite devenu désuet, a rendu Marconi célèbre. Le cohéreur proprement dit est le petit tube de verre à l'extrême gauche. (MSTC)

Lors de ces premières expériences sur la radio, Marconi captait l'énergie des ondes électromagnétiques à l'aide d'un cohéreur semblable à l'exemple montré dans Connexions (680513). Oliver Lodge s'est d'abord servi du cohéreur en 1894 pour capter les ondes radio mais l'appareil n'était pas très efficace, malgré les améliorations apportées par Marconi. Parmi les inventeurs qui s'efforçaient de mettre au point de meilleurs détecteurs, il y avait Reginald Fessenden, un Canadien travaillant aux États-Unis, qui était convaincu de l'infériorité non seulement du cohéreur de Marconi mais aussi de tout son système. L'émetteur à éclateur de Marconi transmettait des éclats d'ondes radio qui recouvraient une gamme de fréquences très étendue. Fessenden conçut un dispositif capable de créer des ondes entretenues pures à une fréquence constante, ce qui permettait un accord plus précis de l'émetteur et du récepteur, une condition essentielle pour réduire les interférences et capter des signaux plus faibles.


Reginald Fessenden, pionnier canadien des ondes entretenues et, soit dit en passant, premier roi des causeries à la radio. (North Carolina Department of History and Archives)

Fessenden s'est aussi servi des ondes entretenues pour transmettre la voix. Il a appelé son invention « modulation d'amplitude » (AM). Après avoir réussi plusieurs transmissions par radiotéléphone, Fessenden a diffusé la voix humaine pour la première fois en 1906, à Noël. Même s'il n'a jamais connu la célébrité de Marconi, c'est à lui qu'on doit les bases de la communication de la voix par signaux sans fil, qui sont aujourd'hui utilisées dans les téléphones cellulaires, la radio et la télévision.