Accueil
Plan du site | English | Pour nous contacter


La locomotive Shay du Musée

Comme bien des locomotives à vapeur, surtout celles utilisées pour l'exploitation des ressources naturelles, la locomotive Shay du Musée a eu une carrière très diversifiée. Même si la documentation sur son histoire est peu abondante, cette machine est presque certainement l'amalgame de deux locomotives Shay construites par Lima Locomotive Works Inc. L'une d'elles a été assemblée en décembre 1923 et l'autre, en 1925. Elles portaient respectivement les numéros 3 et 4. Les deux locomotives ont été fabriquées pour le compte de Merrill & Ring Lumber Co., Ltd. et ont servi aux opérations de coupe de bois de Theodosia Arm, dans la portion continentale de la Colombie-Britannique. Les opérations de Theodosia Arm, typiques des opérations de coupe forestière de courte durée, s'intégraient dans les activités plus vastes de la société à Squamish. Ces locomotives faisaient partie d'un parc de quatre Shay qui sont restées à Squamish jusqu'en 1942, année où Merrill & Ring a mis fin à ses activités à Squamish et vendu son équipement à Comox Logging and Railway. En mai 1942, Comox Logging and Railway Company a envoyé trois de ses locomotives Shay à ses chantiers de l'île de Vancouver. En 1951, la chaudière de la locomotive no 3 a été transférée sur le châssis de la locomotive no 4, suivant la pratique répandue dans les lignes industrielles et commerciales d'utiliser des éléments et des pièces provenant d'équipements plus anciens pour réduire les coûts.


Commandes de la locomotive Shay, après restauration. Le mécanicien s'asseoit à droite et le chauffeur, à gauche. (MSTC)

En 1951, la locomotive remise en état a été envoyée à Duncan Bay, sur la côte est de l'île de Vancouver. Elle y reçut une nouvelle désignation, Elk Falls locomotive no 1, et servit à aiguiller des wagons de marchandises et à charger et décharger des barges à l'usine de pâte à papier d'Elk Falls jusqu'en 1974, année où le propriétaire de l'usine, Crown Zellerbach, l'a retirée du service.

La locomotive a ensuite été donnée au Musée, encore en état de marche mais très usée. Elle a été expédiée à Ottawa sur wagon plat et est arrivée au Musée en novembre 1974. Pendant quelque temps, des employés et des bénévoles l'ont fait fonctionner sur place. Les manœuvres ont vite permis de constater une usure mécanique excessive et la nécessité d'une remise en état complète de la chaudière. On estima qu'une restauration complète s'imposait pour remettre la machine en parfait état de marche. La restauration a débuté à l'automne 1975 et la locomotive a été complètement démontée jusqu'au châssis. La plupart des pièces exigeaient une reconstruction ou une remise à neuf, en sus du nettoyage et de la peinture. La chaudière fut remise à neuf et une nouvelle boîte à fumée ajoutée devant. Il a fallu attendre jusqu'en août 1995 pour que des employés et des bénévoles terminent la restauration, après plus de 5000 heures de travail, car d'autres activités avaient priorité au Musée.

Le lettrage et le numéro figurant sur la locomotive représentent son propriétaire d'origine, mais la machine a été restaurée dans l'état où elle se trouvait lors de sa dernière utilisation. Par conséquent, même si elle est munie de la cheminée en forme de ballon associée à une chaudière à bois, la locomotive fonctionne au mazout, comme en 1926. Les réservoirs derrière la cabine ont une capacité d'environ 960 gallons (3636 L) de mazout et 2100 gallons (7955 L) d'eau.

La locomotive Shay pèse 55 tonnes US (50 tonnes), a deux bogies et quatre axes de roues et est longue de 40 pi (12,3 m). Elle est petite par rapport aux locomotives des grandes lignes de son époque, mais ses trois cylindres et quatre axes moteurs lui donnent une force de traction de 22 580 lb (10 242 kg), ce qui est suffisant pour tirer plusieurs tonnes de bois sur une pente raide.

Le travail exigé pour restaurer et faire fonctionner la locomotive a permis à des employés et des bénévoles d'acquérir une expérience inestimable et des données d'observation directe sur une technologie qui a contribué à développer et transformer le Canada. Cette locomotive est un témoin fascinant de la mécanisation de l'industrie, en particulier de l'utilisation des locomotives à vapeur et des chemins de fer au début du XXe siècle. Enfin, la façon dont la locomotive Shay pouvait circuler en terrain difficile représente bien le rôle qu'a joué la technologie du chemin de fer dans le développement de l'industrie forestière en Colombie-Britannique.


Le Musée tient à exprimer à la Bytown Railway Society et ses membres sa reconnaissance pour l'aide et le soutien constants apportés à la remise en service et l'entretien de la locomotive Shay.

Le conservateur, transports terrestres, 1989-2002,
David W. Monaghan

Pour en savoir davantage, contacter :

Danielle Naoufal
Division de la conservation
Musée des sciences et de la technologie du Canada
C.P. 9724, succursale T
Ottawa (Ontario)
Canada K1G 5A3
Télécopieur : (613) 990-3636
Téléphone : (613) 991-3081

Pour en savoir davantage, visiter le Musée, au 1867, boul. Saint-Laurent, téléphoner au (613) 993-0306, courriel : scitech@technomuses.ca.

La locomotive Shay : une locomotive à vapeur fonctionnelle au Musée est aussi paru sous forme de dépliant dans la collection Le conservateur raconte. Pour en obtenir un exemplaire, écrire à la Division de la collection et de la recherche à l'adresse qui précède.